Il arrive souvent que nos mots dépassent nos pensées sans nous soucier des effets négatifs que cela peut engendrer sur nos enfants. Adepte de la parentalité positive je te propose 15 expressions à ne plus jamais dire pour ne plus les blesser et bien les éduquer. Si tu suis mon blog, j’avais fait un article sur les phrases à ne pas dire à une femme, surtout si elle a quarante ans, et bien cette fois c’est pour les enfants. Il est important de prendre conscience du pouvoir des mots. Le premier accord toltèque est bien « que ta parole sois impeccable« . Cet article est donc destiné à tous les parents pour que nous sortions de notre zone de confort et plongeons en pleine conscience dans la parentalité positive. Soyons bienveillants avec nos enfants et arrêtons de dire ces 15 phrases négatives.

enfant triste à lunette

1- Ne jamais dire : « tu me déçois »

D’apparence anodine, cette phrase est violente et dévastatrice. Une expression à classer dans les propos culpabilisants qui n’aura que comme conséquence de ternir l’image de soi. Car un enfant, à moins d’être foncièrement mauvais, mais là on parlera d’un autre problème, ne souhaite que faire plaisir à ses parents. Quand tu lui dis une telle phrase, mets-toi à sa place, tout son monde s’écroule. Quelles émotions négatives tu lui fais ressentir. Tu joues sur l’affectif en disant cela. On est loin de l’affirmation bienveillante. Alors STOP !

2- Ne plus dire : « Fais attention tu vas te faire mal »

Je sais bien que tu veux son bien et que tu crains pour sa sécurité mais ne projète pas tes peurs sur celles de tes enfants. As-tu vu ses bout’chous dévaler les pentes de ski à toute vitesse sans bâtons ! Toi tu flippes grave alors qu’eux sont à l’aise…no fear ! Tu ne vas que les brimer ou les bloquer dans leur volonté de se créer leurs propres expériences. Ne tombe pas dans le piège de la surprotection. Alors STOP ! Si tu as peur ne le dis pas mais oriente astucieusement la pratique vers une difficulté plus petite et plus acceptable pour toi.

3- Ne jamais dire : « t’es ridicule », « t’es nul » ou « t’es bête »

Comment nourrir des sentiments de culpabilité ou de mal-être? Ou avons nous le droit en tant que parent d’insulter ses enfants ? Car c’est une insulte quoiqu’on en dise et c’est agressif. C’est un jugement sur la personne et une atteinte à l’estime de soi et ça fait mal. Or ce n’est pas la personne qui est à condamner mais son comportement. Mets-toi à la place de ton enfant à qui son papa qui est la personne la plus importante au monde lui dit qu’il est nul. Tes paroles vont engendrer des émotions négatives chez ton enfant. On se doit d’être bienveillant avec ceux qu’on aime. Alors STOP ! Jamais plus d’insultes ! Attarde toi sur le comportement mais jamais la personne. JAMAIS.

Ebook gratuit Papaisnotperfect

4- La phrase stérile : « si tu ne fais pas ça … »

Dans la série « je te menace » cette citation est vraisemblablement la numéro 1. Etes-vous disposé à obéir quand on vous met un ultimatum ? Car utiliser le « si » ne signifie rien d’autre pour un enfant que « sanction ». Ce n’est pas par la peur ou la punition qu’on éduque un enfant. Donc si vous souhaitez avoir une communication bienveillante, pédagogique et respectueuse avec votre enfant ,arrêtez de suite d’employer cette expression négative. Alors STOP ! Plus de menaces !

5- Ne pas dire : « arrête de pleurer »

 

Petite fille qui pleure

Si ton enfant pleure c’est qu’il ressent une souffrance ou un besoin. Il est donc inutile de lui dire d’arrêter. Comme si le simple fait de dire cette phrase le stoppera de pleurer. Sois sérieux 5 minutes. Le bon moyens pour que ton enfant arrête ses sanglots est de le rassurer, de le calmer et de l’apaiser. Plus que les mots, le contact physique est un puissant remède. C’est le bon moment pour lui prouver toute ton affection. Alors STOP ! La prochaine fois qu’il pleurera, prends ton enfant dans tes bras et fais lui un gros câlin.

6- L’expression négative : « je vais te donner une bonne raison de pleurer »

Je pense que si un coach parental vous entendait il vous dirait que vous avez tout faux. Il s’agit de la petite soeur de la phrase précédente. Non mais franchement, on n’est pas ridicule à dire ceci ? C’est l’effet Kiss Cool, la punition de trop, non seulement notre enfant pleure mais en plus on va lui en mettre une seconde couche parce qu’on n’a pas été capable de comprendre la raison de ses pleurs. Ou pire, parce que nous n’avons pas été en mesure de le réconforter. Vous vous imaginez la vision qu’a votre enfant au moment où vous dites ces paroles ? C’est vraiment ne pas faire preuve d’empathie que d’employer cette phrase. Alors STOP !

7- Ne plus dire : « dépêche-toi »

On l’a tous dit et je pense que c’est une phrase négative qui est difficile à ne plus prononcer tellement ça nous énerve de les voir faire les choses aussi lentement. Des exemples il y en a plein du type, « ranger sa chambre », « manger son repas », « s’habiller pour aller à l’école », « faire les devoirs » … Je n’ai pas de baguette magique si ce n’est se demander pour quelle raison il est aussi lent. Mets toi à sa place, il est en difficulté et son papa le stresse encore plus. Alors STOP ! Si ton enfant n’y arrive pas pose toi 5 minutes et essaye de comprendre pourquoi. Apporte-lui ton aide … ça ira plus vite et dans la bonne humeur.

8- Ne jamais dire : « je suis en retard à cause de toi »

Pas besoin d’être psychologue pour admettre que cette phrase est complètement stérile. C’est même être de mauvaise foi que de le dire. De plus, j’ajouterai pour enfoncer le clou que c’est très malhonnête. Pour l’avoir souvent dit, je me rend compte à quel point cette expression est culpabilisante et je le regrette beaucoup. Car à bien y réfléchir cette phrase n’est que la conséquence de ta mauvaise organisation. C’est toi l’adulte, c’est à toi de t’assurer que ton enfant fait les choses en temps et en heure (même s’il n’y arrive pas de lui-même). On utilise souvent cette expression sur le chemin de l’école dans la voiture. Belle expression culpabilisante pour démarrer la journée tu ne crois pas ? Alors STOP !

9- La phrase improductive : « Tu devrais montrer l’exemple »

 

Enfant puni

Et pour quelle raison étrange il devrait montrer l’exemple ? N’as-t’il pas le droit d’être lui-même, ne peut’il pas s’exprimer pleinement. Un enfant a sa propre personnalité et vous devez lui permettre de l’exprimer. C’est quand même une grande responsabilité que de montrer l’exemple ! Est’il juste de notre part que de faire porter une telle charge à nos enfants ? Je pense que non, c’est même le punir. On dit souvent cette phrase à l’ainé de la fratrie cependant je ne pense pas que cela soit son rôle même si c’est le plus vieux. D’ailleurs je me souviens que mon grand cousin était souvent réprimandé par mon oncle. Il s’en souvient encore. Alors STOP! Une enfance heureuse c’est faire des bêtises, être insouciant.

10- Ne pas dire : « Arrête de bouger » ou « calme toi »

C’est la phrase inutile par excellence car un enfant a besoin de bouger. C’est physiologique, un enfant ça remue, ça bouge, ça saute, ça court, ça tombe, ça grimpe … bref il est complètement vain que de s’égosiller à dire cette phrase. Mon intuition me dit que la dernière fois que tu l’as prononcé ton enfant ne s’est pas calmé pour autant. D’ailleurs votre enfant ne la comprendra même pas car c’est contre nature pour lui. C’est plutôt vous qu’il ne comprend pas. Comment est-ce qu’on peut rester assis toute une journée ? Alors STOP ! Tu verras tu te sentiras mieux si tu acceptes le fait qu’être enfant équivaut à bouger !

11- Ne plus dire : « c’est comme ça »

Si vous voulez mettre fin à toute forme de dialogue avec votre enfant, cette phrase est chirurgicale ! Mets toi à sa place, il vient te demander des conseils ou des explications et toi tu lui dis clairement qu’il n’y a pas à réfléchir et surtout qu’il n’a pas à réfléchir. Tout thérapeute te dira que ce n’est pas faire preuve d’intelligence émotionnelle. Alors STOP ! Je te conseille d’utiliser une phrase d’ouverture du type « tu as compris ? ».

Ebook gratuit Papaisnotperfect

12- La phrase négative : « tu devrais avoir honte »

La phrase culpabilisante ultime à ne jamais dire. Si vous souhaitez entacher sa confiance en soi alors continuez sur cette voie royale ! On est loin de l’éducation positive recherchée. C’est même faire preuve d’une grande agressivité tant le fond est méchant. Alors si vous dites cela à un adolescent je vous dis bon courage pour recoller les morceaux. Sans aller dans le coaching familial si c’est quelque chose que vous dites il faut arrêter. Expliquez juste à votre enfant qu’il a fait quelque chose de mal. Inutile de le culpabiliser plus que cela. Lui dire qu’il devrait avoir « honte » c’est le blesser, c’est casser son image de soi. Alors STOP !

13- Ne plus dire : « arrête tes caprices »

Quand un enfant fait un caprice ou exprime sa colère il y a toujours une attente derrière. Plutôt que dire une phrase qui n’aura aucun effet dis-toi que quand il commence à crier ou gémir c’est que ton enfant a besoin de toi. C’est inconscient chez lui, il ne sais même pas lui même la raison de ce comportement. Sois à l’écoute, fais preuve d’empathie et de compassion car il va falloir décoder ce message. Alors STOP ! Cherche plutôt la vraie raison qui met ton enfant dans cet état. Tu peux également essayer de détourner son attention, tu verras ça marche souvent !

14- Ne jamais dire : « ne mange pas ce bonbon »

Est-ce que c’est productif de dire ça ? Quand on te dit de ne pas faire ceci, à quoi tu penses ? A le faire bien évidemment ! Ne pense pas à un délicieux dessert. A quoi viens-tu de penser ? A un bon dessert of course ! Le cerveau transforme le message négatif en positif. Il faut faire preuve de pédagogie. Tu ne dois pas non plus simplement dire non ou au contraire être laxiste. Il faut savoir poser les limites et les expliquer. Alors STOP ! Oriente ton message sur ce qu’il a droit de faire plutôt que de dire ce qu’il ne doit pas faire.

 

15- Ne plus jamais dire : « je n’ai pas le temps »

Si il y a bien une chose que tu ne dois plus jamais dire c’est bien ça. Car tu devrais toujours avoir du temps pour tes enfants. Sois une oreille bienveillante et dis-toi qu’ils ne resteront pas éternellement sous ton toit et je peux t’assurer que les années passent vites, très vites. Alors STOP ! Si ton enfant a besoin de toi alors consacre lui toute ton attention.

 

Ce que tu dois retenir

Il est facile de dire des choses blessantes à nos enfants sans nous en rendre compte. Ce n’est pas que nous sommes de mauvais parents, c’est juste le fruit de notre éducation. Ce n’est pas inné et il est en effet difficile d’avoir ces réflexes de paroles bienveillantes ou d’affirmations positives si nous n’avons pas été élevé dans un environnement qui valorise la personne. Or ces paroles vont les accompagner toutes leurs vies. Et cela pourrait avoir une incidence désastreuse sur leurs épanouissements et leurs relations avec les autres.

Ebook gratuit Papaisnotperfect

A toi de décider si tu souhaites continuer à utiliser ces phrases dévalorisantes ou si tu souhaites dorénavant transformer tes paroles en intentions bienveillantes.

La parole est un éléments important dans l’éducation et l’apprentissage de la parentalité positive. Il va falloir faire preuve de courage et sortir de ta zone de confort. Ce n’est pas facile, mais si tu veux prendre soin de ton enfant pour qu’il puisse se construire en tant qu’individu avec le plein de confiance en lui alors tu devras maîtriser ta parole et persévèrer dans la communication non violente.

Ne sois pas un parent parfait, mais un parent qui essaye de l’être si tu veux des enfants épanouis.

Mon conseil, pour une éducation bienveillante, sois toujours optimiste dans tes propos.

Tu as aimé cet article ? ou tu as d’autres phrases qui te viennent à l’esprit ? Laisse moi de suite un commentaire ! Au plaisir de te lire.

S’abonner
Notification des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires